La 5G est la cinquième génération de réseaux mobiles et succède aux réseaux 1G (en 79, qui a apporté la voix) 2G (en 91, a rajouté les SMS), 3G (en 2000, qui a permis le web mobile) et 4G (en 2010, qui apporté la voix en 4G via le VoLTE ainsi que l’augmentation de débit des connexions Internet mobile).

 

Alors que les premiers déploiements urbains de la 5G ont eu lieu en 2018 aux Etats-Unis et en Finlande, c’est en avril 2019 que la Corée du Sud devient la première nation dont le réseau mobile est entièrement en 5G chez les trois opérateurs du pays.

En France, la 5G a été lancée officiellement depuis le 18 novembre 2020, et elle est en retard : le Royaume Uni, l’Espagne et l’Allemagne ont lancé leurs réseaux 5G depuis la mi-2019.

Comme pour les autres pays d’Europe, le déploiement des réseaux 5G se fait au fur et à mesure et seules certaines grandes agglomérations sont couvertes. L’objectif en France est que d’ici 2025 toutes les grandes villes ainsi que les principaux axes de transport soient couverts en 5G.

 

Déploiement de la 5G NSA et 5G NR puis de la 5G SA

Il faut savoir que le déploiement de la 5G se fait en deux phases. La première phase est la mise en place de la 5G NSA (Non Stand Alone) qui est une continuité de la 4G. Cette première 5G va s’appuyer sur la réseaux 4G actuels, en y ajoutant des fréquences spécifiques et dédiées en 3,5 GHz (les fréquences 5G attribuées aux opérateurs aux enchères le 2 octobre 2020 en France). Et elle utilisera la 5G NR (New Radio), la nouvelle technologie radio pour les échanges mobiles 5G.

Cette nouvelle technologie radio 5G NR va permettre d’agréger (d’utiliser en même temps et d’additionner) plusieurs fréquences (4G et 5G) pour augmenter le débit ainsi que la capacité des réseaux mobiles. Ceci permettra de répondre à la croissance exponentielle de la consommation d’Internet mobile. Il faut savoir que la consommation actuelle moyenne d’Internet mobile est de 9Go par mois par personne en France et qu’en 2025, ce chiffre passerait à 200 Go.

Avec la 5G NR, les opérateurs vont utiliser des technologies très performantes comme le Beam Forming, une technologie réseau permettant de filtrer le signal et de créer une connexion directe entre l’appareil récepteur et l’antenne directrice. Ce sera un signal dirigé qui va permettre d’améliorer la stabilité du signal émis ainsi que sa puissance. Idéal pour les endroits saturés et à forte concentration comme les lieux publics. Ce signal dirigé permet d’avoir un rayonnement moins fort et ainsi être moins nocif.

C’est une première phase orientée consommateurs et il n’y aura pas de changements révolutionnaires dans les usages.

 

De la « fausse » 5G ?

En plus de la fréquence 3,5 Ghz, les opérateurs télécoms peuvent basculer leurs antennes 4G en fréquences 700 Mhz et 2,1 Ghz vers la 5G (ceci afin d’accroitre les antennes 5G). Il faut savoir qu’avec de la 5G dans la bande des 3,5 GHz, la montée en débit est significative, alors qu’avec de la 5G dans la bande des 700 MHz, les utilisateurs n’ont droit qu’à une 4G améliorée mais avec une bonne couverture. Quant à la 5G dans la bande des 2,1 GHz, elle offre, selon les opérateurs, un bon compromis entre débits et couverture.

Pour les opérateurs qui proposent notamment de la 5G sur fréquence 700 Mhz, il y a un risque que certains utilisateurs, connectés à ces antennes, ne voient pas de vraie différence de débit avec la 4G. Ce qui pourrait provoquer un sentiment de déception et croire à une fausse 5G.

Selon l’observatoire du déploiement de la 5G, publié par l’ARCEP le 14 janvier 2021, Free est le seul opérateur en France à avoir activé des sites 5G sur la bande 700 Mhz (6.273 sites en 5G en 700 Mhz ainsi que 410 sites 5G en 3,5 Ghz).

 

La 5G SA devrait arriver à partir de 2023

La deuxième phase est la 5G SA (Stand Alone), elle va utiliser des cœurs de réseaux autonomes (contrairement à la 4G) et va permettre de profiter pleinement la 5G New Radio. Un des points importants sera de réduire la latence des connexions mobiles (le temps de réponse). Cela se fera notamment au travers du Edge computing qui va permettre de décentraliser les cœurs de réseaux et les mettre plus proches des besoins et ainsi diminuer le temps de transport des données.

La 5G SA verra l’utilisation des ondes millimétriques ou mmWave (situées dans un spectre entre 30 et 300 GHz et entre 24 GHz et 30 GHz, ce sera la bande des 26Ghz pour la 5G, non attribuée en France à ce jour). Elles vont permettre des débits importants et seront un point clé pour l’arrivée de nouveaux usages.

La 5G SA est principalement destinée à l’industrie et aux entreprises afin notamment de connecter les appareils et objets connectés de plus en plus nombreux. La 5G sera quasiment indispensable pour la voiture autonome, notamment pour les besoins en connexions avec une faible latence. Les technologies cv2x, permettant le dialogue entre véhicules (autonomes ou non autonomes) ainsi qu’avec les infrastructures, seront boostées par la 5G.

 

Les mythes, les préjugés et les apports de la 5G

Certains reprochent à la 5G qu’elle va être plus gourmande en énergie or d’après une étude de l’équipementier Nokia, la 5G consommerait moins de 90% d’énergie que la 4G.

On entend également que la 5G va augmenter l’utilisation de la data et de l’Internet mobile. Il faut savoir que même sans la 5G, les usages et donc le trafic augmente régulièrement et considérablement. Et ainsi la 5G est indispensable pour éviter la saturation de nos réseaux mobiles 4G. De plus, les débits mobiles vont augmenter une fois que la 5G NSA sera bien implémentée.

D’autres évoquent le changement indispensable du mobile. Ce n’est pas obligatoire, les mobiles actuels fonctionneront toujours en 5G. Les nouveaux modèles commencent à être équipés globalement de la 5G. Et en France, le taux moyen de renouvellement de son mobile est de 20 mois, donc, les utilisateurs vont être petit à petit compatibles 5G.

Un point soulevé par certains acteurs locaux est la nocivité des ondes. A ce jour, aucune étude n’a démontré la nocivité des ondes de téléphonie mobile en usage normal.

 

Nouveaux usages

Les nouveaux usages liés à la 5G sont assez nombreux, il y a notamment la Télémédecine. Avec sa faible latence, la 5G va permettre par exemple de faire des opérations chirurgicales à distance.

L’augmentation des débits devrait favoriser la vidéo 4K en streaming. Et couplés à la faible latence, le cloud gaming, permettant de jouer à distance sur un terminal moins puissant qu’une console de jeux, et donc sur un smartphone par exemple, devrait se développer.

Et la 5G pourrait être la technologie qui permettra la démocratisation de la Réalité Augmentée et/ou de la Réalité Virtuelle.

Et surement des nouveaux usages auxquels nous n’avons pas encore pensé.

 

À quel prix ?

A ce jour, les forfaits 5G démarrent entre 20 et 25 €, la plupart sans engagement, chez les 4 grands opérateurs hexagonaux. Concernant les smartphones compatibles 5G, nul besoin d’acquérir un modèle très haut de gamme, on trouve désormais des mobiles à moins de 350€ chez Samsung (Galaxy A42 5G) et même moins de 250€ chez Xiaomi (Redmi Note 9T 5G), soit un budget abordable.

 

Comment promouvoir la 5G ?

La promotion de la 5G n’est pas triviale vu que les vrais bénéfices de cette technologie ne seront pas immédiats ni palpables pour le grand public. Cette mise en avant de la 5G se fait en 2 temps, avec d’abord les bénéfices de vitesse, de réactivité, et de disponibilité de ce nouveau réseau pour le grand public et ensuite les nouveaux services qui seront déployés et proposés par les entreprises. L’éducation du grand public et des professionnels sur la 5G par les opérateurs mobiles est cruciale afin que tous les utilisateurs, particuliers comme professionnels, ne soient pas déçus dans un premier temps. Cela nécessite une véritable stratégie de communication intégrant une communication tech, et même une communication Corporate.

L’état a également un rôle important à jouer en travaillant avec les opérateurs pour éduquer les acteurs locaux qui se dressent contre la 5G pour des raisons de dangerosité ou de consommation d’énergie.

 

Le meilleur reste à venir avec cette nouvelle génération de réseau mobile. La 4G a permis notamment la création et le développement des services VTC qu’on n’imaginait pas avant. Et nous avons hâte de voir les nouveaux usages qui seront inventés grâce à la 5G !

Share:

Global reach.
Local flavour.